Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 00:00

 Auxonne - fortifications - porte militaire- style Renaissance - Louis XII -  demi-lune -  fac-similé - anges porte-écu  

 

Porte de Comté dessin Porte de Comté Gravure de J-M Lombard 1807 A comme Angelots B comme Briques bleues P comme Passage Porte de Comté profil

 

LA PORTE DE COMTÉ  a été construite par Louis XII en 1503. C'est l'entrée Est de la ville du côté de la Franche-Comté.

 

Pour découvrir l'histoire et l'architecture de cet édifice remarquable de l'architecture militaire du 16ème siècle, inscrit à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1925

 

 CLIQUEZ ICI   et télécharger le fichier pdf "LA PORTE DE COMTÉ 1503" 

 

Cette fiche de 2 pages a paru au mois de septembre dernier dans le n° 15 -2012 du Bulletin de la Communauté de communes AUXONNE VAL DE SAONE

 

Anges porte-écu

 

 

EN SUPPLÉMENT  CLIQUER ICI

pour ouvrir le fichier "LA PORTE DE COMTÉ - Etude de détail"

 

 

 

 

Inscription 

SOUS LA VOÛTE UNE INSCRIPTION INDÉCHIFFRABLE

JUSQU’EN  1807   

 

Les circonstances dans lesquelles cette porte a été construite ont été résumées dans un texte gravé dans la pierre en 1503. L’inscription, écrite en caractères gothiques carrés sur deux colonnes, a été gravée sur une pierre cassante de sorte que le marteau du graveur  a souvent fait lever des écailles qui  rendent cette inscription assez difficile à déchiffrer, elle était pourtant destinée à la postérité. Pour augmenter la difficulté, elle se trouve placée sous la voûte de la porte charretière, là où le fréquent passage des voitures ne permettait pas de s’arrêter longtemps.

En 1807  la photographie n’est pas encore inventée, mais Xavier Girault, érudit auxonnais,  s’associe avec M. Masson, pharmacien et chimiste à Auxonne,  pour déchiffrer cette inscription. Il va utiliser  le  procédé proposé par un de ses amis, Aubin-Louis Millin, naturaliste et archéologue, directeur du périodique Le Magasin Encyclopédique :

 

   

LE PROCÉDÉ : LE FAC SIMILE

   

« C’est un procédé typographique qui permet de reproduire une inscription : on lave la pierre, on la couvre d’encre d’imprimerie ; on applique dessus du papier trempé et on le retire chargé de toutes les lettres, qui paraissent blanches sur un fond noir quand elles sont en creux, et noires sur un fond blanc quand elles sont en relief. Comme les lettres sont alors à rebours il faut les lire en sens inverse ; mais en présentant la feuille au jour, on lit par derrière  le papier et toutes les lettres se trouvent dans leur première position. Pour obtenir une plus grande transparence des lettres on doit se servir de papier peu collé. On enlève l’encre qui salit la pierre en la lavant avec une dissolution de potasse. Le procédé est connu depuis longtemps en Italie… C’est M. Marcel, aujourd’hui directeur de l’Imprimerie impériale, qui, dans le  temps où il accompagnait notre illustre Empereur  dans la mémorable expédition d’Egypte, a songé le premier à lever ainsi les inscriptions gravées sur la pierre. Il a rapporté le fac simile de la curieuse inscription de Rosette, et c’est d’après cette épreuve qu’elle a été lue, gravée et publiée.»

in Millin, Aubin-Louis Voyage dans les départemens du Midi de la France, Tome 2 p. 334-335  1807-1811

 

L'INSCRIPTION  

 

Inscription

 

LA TRANSLATION

 

Translation

 

Xavier Girault publie alors un long article 

« Explication des emblèmes et inscription de l’une des portes de la ville d’Auxonne » dans le Magasin Encyclopédique de 1810 tome 2, p. 58

On y trouve une translation en caractères romains du texte de l’inscription et un dessin de la Porte de Comté par Jean-Marie Lombard, professeur à l’Ecole d’artillerie d’Auxonne montrant les emblèmes dont elle est ornée. Nous proposons une traduction à partir de cette translation :

 

 LA TRADUCTION

 

Pour le Roy de ce royaume régnant lors

Ville et mortes-payes et estoit mandées des

fut fait ce boullovart

Levés de Milice à l’extérieur principalement

l’an cinq cens et III.

de Pontailler et s’appeloit le Muraille

par monseigneur  Engelbert de Cleves

qu’il baztiza par son nom et pour lors estoit

Conte de Nevers Lieutenant Gou-

à la ville avec aucuns le honnorable

verneur pour le Roy en Bourgogne fut fait le

homme le maire Huguenin Courtois et

devis de cette besoigne et estoit

estant la ville affectée vivement de

son  Bailli Messire Jeahn de Karolle

mortalité pour ce, vous qui ce lisés

venant et  en ce lieu  commis pour solliciter les

priés Dieu pour les trépassés. Fait

ouvrages Anthoine Godefroy Capitaine de la

année de l’incarnation du seigneur MDIII. Jeh Vainier.

  

  

Sources :

 Girault, Claude-Xavier Explication des emblèmes et inscription de l’une des portes de la ville d’Auxonne  dans le Magasin Encyclopédique de 1810, tome 2, p. 58

Translation du texte de l’inscription par Xavier-Girault

La Porte de Comté dessin de Lombard fils ?, Musée Bonaparte Auxonne © Photo Bruno François

La Porte de Comté gravure (d'après le dessin de Lombard fils)

 

Photographies : Martine Speranza 

 

Fiche 008- 29 décembre 2012       auxonne-patrimoine.net   ©  Martine Speranza

Partager cet article

Repost 0
Publié par Martine Speranza - Auxonne-Patrimoine - dans Fortifications

Association Auxonne-Patrimoine

  • : auxonne-patrimoine.net
  • : La petite fabrique de l'histoire est le blog historique de l'association Auxonne-Patrimoine. Ce blog est destiné à tous ceux qui veulent en savoir plus sur l'histoire et le patrimoine d'Auxonne. Il est réalisé par Martine Speranza, Présidente de l'association
  • Contact

Iconographie

Barrage vers 1850Vue du barrage d'Auxonne vers 1850  par Charles-Edouard Rougeot - Huile sur toile - Collections du Musée Bonaparte à Auxonne - Photo Bruno François.

Recherche

Actualité