Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2020 5 28 /08 /août /2020 18:40

 

Les fortifications d'Auxonne   1- APERÇU HISTORIQUE

 

Au 12ème siècle Auxonne, dans la mouvance du Comté de Bourgogne, est défendue par une simple levée de terre hérissée de palissades et protégée par un large fossé, mais en 1237 le duc de Bourgogne fait de la ville une tête de pont, sentinelle du Duché sur la rive gauche de la Saône. Pendant plusieurs siècles les Auxonnais perfectionnent  et renforcent cette enceinte, lui substituant des remparts maçonnés, avec 23 tours, 2 tournelles et 4 portes.

En 1479, lorsque Louis XI conquiert la Bourgogne, Auxonne devient française et ville frontière face aux terres d'Empire qui englobent la Franche-Comté. Le roi dote la ville d'un château adapté aux nécessités nouvelles de l'artillerie. Au 16ème siècle, au temps de la grande lutte entre François Ier et Charles-Quint, on renforce les tours médiévales en édifiant des boulevards en terre, sur le front nord et derrière le Château

Tibériade de Bredin, dite Tableau de la Levée - Archives municipales d'Auxonne - Peinte par Euvrard Bredin en 1575

Tibériade de Bredin, dite Tableau de la Levée - Archives municipales d'Auxonne - Peinte par Euvrard Bredin en 1575

La Guerre de Trente Ans (1618-1648) rend à Auxonne son rôle de couverture du royaume à l'est. En 1635 et 1636 on construit de grands ouvrages qui préfigurent les bastions et un ravelin couvrant la sortie du Château.

Auxonne en 1638 - BnF - la couleur jaune figure les ouvrages en projet

Auxonne en 1638 - BnF - la couleur jaune figure les ouvrages en projet

Lors des deux conquêtes successives de la Franche-Comté (1668 et 1674), Auxonne est le point de passage obligé de l'artillerie et des troupes et quand la guerre éclate contre la Hollande, quand les Impériaux menacent envahir  la Bourgogne et la Champagne, Louis XIV dépense de 1673 à 1679 des sommes considérables  pour fortifier la ville. En 1670 déjà, le Chevalier de Clerville, Commissaire général des fortifications fait un projet d'augmentation à la demande de Colbert, mais en 1673, c'est le comte d'Aspremont qui est chargé de renforcer la place d'Auxonne et de la mettre "en état de ne pas craindre les attaques de l'ennemi". Le projet d'Aspremont incorpore les ouvrages extérieurs de 1636 à de nouveaux bastions et en crée d'autres, agrandissant la ville au-delà de l'enceinte médiévale, du côté nord. Mais les travaux avancent très lentement et lorsque d'Aspremont meurt en juin 1678, la place est loin d'être achevée.

Auxonne 1673 Plan de la ville avant travaux Service historique de la Défense Vincennes

Auxonne 1673 Plan de la ville avant travaux Service historique de la Défense Vincennes

Auxonne "1677 pour rendre compte" Service historique de la Défense Vincennes

Auxonne "1677 pour rendre compte" Service historique de la Défense Vincennes

C'est Vauban qui lui succède dans la direction des travaux. Il est déjà venu à Auxonne en 1668 et en 1675 pour donner son avis, il connaît donc les lieux. Il revient à Auxonne en janvier 1679 "pour voir ce qu'il reste à faire" et prend la direction des opérations. Il constate que si certains bastions sont bien avancés, un seul est terminé, et les plus anciens sont encore à rattacher au corps de la place, les vieilles courtines sont à remplacer, les ouvrages extérieurs à faire et les fossés à aménager. Il dote la place d'Auxonne des bâtiments indispensables : casernes, corps de garde, arsenal et reconstruit le pont sur la Saône.

De nombreux mémoires et plans signés de Vauban et adressés au roi proposent des améliorations qui concernent surtout le système des eaux des fossés et d'importantes augmentations (1699) : deux ouvrages à cornes auraient coiffé les bastions du Cygne, de Notre-Dame et un troisième aurait protégé l'entrée du pont, mais ils n'ont jamais été édifiés.

Auxonne Plan d'augmentation 1699 par Vauban - Service Historique de la Défense Vincennes

Auxonne Plan d'augmentation 1699 par Vauban - Service Historique de la Défense Vincennes

Par la paix de Nimègue (1678-1679, la Franche-Comté devient officiellement  française, Auxonne n'est plus ville frontière. Vauban fortifie Besançon et fait des projets pour Belfort, nouvelle place forte destinée à barrer la porte de la Bourgogne aux Allemands.

Si le rôle de ville frontière est terminé pour Auxonne, sa position géographique lui permet de devenir  un important dépôt d'artillerie :  "très bien situé à l'égard de la ville qui est un lieu caché où l'on ne s'avisera jamais de deviner — écrit Vauban à Louvois en 1687 — qu'on y fasse là des équipages d'artillerie pour la Catalogne, l'Italie, l'Allemagne et la Franche-Comté".

Auxonne 1760 - Service Historique de la Défense Vincennes

Auxonne 1760 - Service Historique de la Défense Vincennes

La place d'Auxonne sera à nouveau augmentée et renforcée après le siège de 1815, mais c'est en 1871 que la place jouera pour la dernière fois un rôle militaire avant d'être déclassée en 1895. On commença alors la démolition des fortifications, à la recherche d'un essor économique qu'elles semblaient entraver. C'est la guerre de 1914-1918 qui arrêtera la démolition des fortifications.

Plan d'Auxonne Projets 1865 - Service historique de la Défense Vincennes

Plan d'Auxonne Projets 1865 - Service historique de la Défense Vincennes

Plan d'Auxonne joint à la convention de déclassement 1895 - AMA

Plan d'Auxonne joint à la convention de déclassement 1895 - AMA

AIDE A LA LECTURE

La version pdf de ce document est proposée au lecteur pour une meilleure impression du texte. Pour les images la version du diaporama du blog est meilleure.

Bibliographie : Les fortifications d'Auxonne et Vauban par Martine Speranza in Mémoires de la Société d'Emulation du Doubs Histoire et Patrimoine comtois - Nouvelle série n°50 – 2008

Auxonne, iconographie de la frontière (1477-1678)  par Martine Speranza in  Chastels et maisons fortes  5 – Centre de Castellologie de Bourgogne  2015

Pour le pdf  CLIQUEZ SUR LE LIEN CI-DESSOUS

Partager cet article

Repost0
Publié par Martine Speranza - Auxonne-Patrimoine - dans Fortifications
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 16:38

 

    CONFERENCE  par Martine SPERANZA

 

le mercredi 15 juin 2016  à 18h à Dijon

 

Académie des Arts, des sciences et des  Belles Lettres de Dijon

Commission des antiquités et du patrimoine

 

Salle de l'Académie , 5 rue de l'Ecole de Droit - Accueil Porte H - Entrée libre et gratuite

Auxonne - Le Port royal avant son ouverture en 2011

Auxonne - Le Port royal avant son ouverture en 2011

Cette conférence fait le point sur des vestiges d’ouvrages extérieurs de fortifications mis au jour au mois de juillet 2010.

En effet à cette date un chantier commençait devant le Bastion royal pour l’aménagement d’un port de plaisance privé, situé au nord de la ville en bordure de la Saône. L’existence de cette contregarde devant le Bastion royal était connue, bien représentée sur les plans militaires jusqu’en 1895, date du démantèlement de la place d’Auxonne. Puis le fossé a été comblé et ce terrain militaire est resté couvert de broussailles pendant plusieurs décennies.

Les autres ouvrages extérieurs de la place ont tous été arasés au début du 20ème siècle, sauf une demi-lune derrière le Château, puis les fossés ont été comblés pour l’aménagement des terrains nécessaires à l’extension de la ville hors de ses murs.

Les travaux de creusement du bassin du port ont fait apparaître une partie d’une grande contregarde en pierre de Mantoche qui doublait le Bastion royal et une petite demi-contregarde qui protégeait l’entré des eaux, datant aussi du 17ème siècle.

La contregarde en cours de déblaiement en 2010 - Photo Sylvain Voizenet

La contregarde en cours de déblaiement en 2010 - Photo Sylvain Voizenet

Mots-clés,  Auxonnne, fortifications, contregarde, archéologie, port, bastion royal

Partager cet article

Repost0
Publié par Martine Speranza - Auxonne-Patrimoine - dans Fortifications
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 00:00

 Auxonne - fortifications - porte militaire- style Renaissance - Louis XII -  demi-lune -  fac-similé - anges porte-écu  

 

Porte de Comté dessin Porte de Comté Gravure de J-M Lombard 1807 A comme Angelots B comme Briques bleues P comme Passage Porte de Comté profil

 

LA PORTE DE COMTÉ  a été construite par Louis XII en 1503. C'est l'entrée Est de la ville du côté de la Franche-Comté.

 

Pour découvrir l'histoire et l'architecture de cet édifice remarquable de l'architecture militaire du 16ème siècle, inscrit à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques depuis 1925

 

 CLIQUEZ ICI   et télécharger le fichier pdf "LA PORTE DE COMTÉ 1503" 

 

Cette fiche de 2 pages a paru au mois de septembre dernier dans le n° 15 -2012 du Bulletin de la Communauté de communes AUXONNE VAL DE SAONE

 

Anges porte-écu

 

 

EN SUPPLÉMENT  CLIQUER ICI

pour ouvrir le fichier "LA PORTE DE COMTÉ - Etude de détail"

 

 

 

 

Inscription 

SOUS LA VOÛTE UNE INSCRIPTION INDÉCHIFFRABLE

JUSQU’EN  1807   

 

Les circonstances dans lesquelles cette porte a été construite ont été résumées dans un texte gravé dans la pierre en 1503. L’inscription, écrite en caractères gothiques carrés sur deux colonnes, a été gravée sur une pierre cassante de sorte que le marteau du graveur  a souvent fait lever des écailles qui  rendent cette inscription assez difficile à déchiffrer, elle était pourtant destinée à la postérité. Pour augmenter la difficulté, elle se trouve placée sous la voûte de la porte charretière, là où le fréquent passage des voitures ne permettait pas de s’arrêter longtemps.

En 1807  la photographie n’est pas encore inventée, mais Xavier Girault, érudit auxonnais,  s’associe avec M. Masson, pharmacien et chimiste à Auxonne,  pour déchiffrer cette inscription. Il va utiliser  le  procédé proposé par un de ses amis, Aubin-Louis Millin, naturaliste et archéologue, directeur du périodique Le Magasin Encyclopédique :

 

   

LE PROCÉDÉ : LE FAC SIMILE

   

« C’est un procédé typographique qui permet de reproduire une inscription : on lave la pierre, on la couvre d’encre d’imprimerie ; on applique dessus du papier trempé et on le retire chargé de toutes les lettres, qui paraissent blanches sur un fond noir quand elles sont en creux, et noires sur un fond blanc quand elles sont en relief. Comme les lettres sont alors à rebours il faut les lire en sens inverse ; mais en présentant la feuille au jour, on lit par derrière  le papier et toutes les lettres se trouvent dans leur première position. Pour obtenir une plus grande transparence des lettres on doit se servir de papier peu collé. On enlève l’encre qui salit la pierre en la lavant avec une dissolution de potasse. Le procédé est connu depuis longtemps en Italie… C’est M. Marcel, aujourd’hui directeur de l’Imprimerie impériale, qui, dans le  temps où il accompagnait notre illustre Empereur  dans la mémorable expédition d’Egypte, a songé le premier à lever ainsi les inscriptions gravées sur la pierre. Il a rapporté le fac simile de la curieuse inscription de Rosette, et c’est d’après cette épreuve qu’elle a été lue, gravée et publiée.»

in Millin, Aubin-Louis Voyage dans les départemens du Midi de la France, Tome 2 p. 334-335  1807-1811

 

L'INSCRIPTION  

 

Inscription

 

LA TRANSLATION

 

Translation

 

Xavier Girault publie alors un long article 

« Explication des emblèmes et inscription de l’une des portes de la ville d’Auxonne » dans le Magasin Encyclopédique de 1810 tome 2, p. 58

On y trouve une translation en caractères romains du texte de l’inscription et un dessin de la Porte de Comté par Jean-Marie Lombard, professeur à l’Ecole d’artillerie d’Auxonne montrant les emblèmes dont elle est ornée. Nous proposons une traduction à partir de cette translation :

 

 LA TRADUCTION

 

Pour le Roy de ce royaume régnant lors

Ville et mortes-payes et estoit mandées des

fut fait ce boullovart

Levés de Milice à l’extérieur principalement

l’an cinq cens et III.

de Pontailler et s’appeloit le Muraille

par monseigneur  Engelbert de Cleves

qu’il baztiza par son nom et pour lors estoit

Conte de Nevers Lieutenant Gou-

à la ville avec aucuns le honnorable

verneur pour le Roy en Bourgogne fut fait le

homme le maire Huguenin Courtois et

devis de cette besoigne et estoit

estant la ville affectée vivement de

son  Bailli Messire Jeahn de Karolle

mortalité pour ce, vous qui ce lisés

venant et  en ce lieu  commis pour solliciter les

priés Dieu pour les trépassés. Fait

ouvrages Anthoine Godefroy Capitaine de la

année de l’incarnation du seigneur MDIII. Jeh Vainier.

  

  

Sources :

 Girault, Claude-Xavier Explication des emblèmes et inscription de l’une des portes de la ville d’Auxonne  dans le Magasin Encyclopédique de 1810, tome 2, p. 58

Translation du texte de l’inscription par Xavier-Girault

La Porte de Comté dessin de Lombard fils ?, Musée Bonaparte Auxonne © Photo Bruno François

La Porte de Comté gravure (d'après le dessin de Lombard fils)

 

Photographies : Martine Speranza 

 

Fiche 008- 29 décembre 2012       auxonne-patrimoine.net   ©  Martine Speranza

Partager cet article

Repost0
Publié par Martine Speranza - Auxonne-Patrimoine - dans Fortifications

Auxonne : Histoire & Patrimoine

  • : auxonne-patrimoine.net
  • : La petite fabrique de l'histoire est le blog historique de Martine SPERANZA, co-fondatrice de l'association Auxonne-Patrimoine. Cette association fut active de 1992 à 2007 dans des actions de mise en valeur du patrimoine auxonnais
  • Contact

Iconographie

Barrage vers 1850Vue du barrage d'Auxonne vers 1850  par Charles-Edouard Rougeot - Huile sur toile - Collections du Musée Bonaparte à Auxonne - Photo B. François.

Recherche

LA GIBERNE

Destinée aux curieux en quête de munitions, La GIBERNE  contiendra des  documents qui peuvent préciser une recher-che en cours, élaborer la fiche descriptive d'un bâtiment, donner la réponse à une question posée ...

ANNUAIRE DIDOT-BOTTIN 1889 Côte-d'Or extraits